Changement de situation professionnelle

Changement d’emploi, réduction du temps de travail, installation à votre compte ou interruption de votre activité professionnelle: tout changement dans votre vie active a des répercussions sur votre prévoyance. Heureusement, vous pouvez combler partiellement, voire entièrement les lacunes de prévoyance grâce aux 2e et 3e piliers.

loading

Interruption de l’activité lucrative

Vous prévoyez d’interrompre votre activité lucrative? Dans ce cas, réglez à l’avance la question des lacunes de prévoyance. Une fois l'activité interrompue, il sera trop tard pour conclure certaines assurances.

Il existe des raisons valables pour faire une pause: devenir mère en est une, tout comme poursuivre des études post-grade ou prendre un congé non payé de longue durée. Mais il convient aussi de penser aux répercussions sur la prévoyance.

Clarifiez votre situation financière avant la naissance et faites-vous conseiller le cas échéant. En cas de congé maternité ordinaire de 14 semaines, la prévoyance est réglementée.

Selon la loi, les employées fixes perçoivent 80% de leur salaire brut pendant 14 semaines. La prévoyance du 2e pilier est maintenue au cours de cette période.

Couverture en cas d’invalidité et de décès

Les salariés sont en général assurés dans les 1er et 2e piliers. En cas d’invalidité ou de décès, les assurés ou les survivants perçoivent une indemnité journalière et une rente.

Afin de combler d'éventuelles lacune de prévoyance, vous pouvez conclure des assurances complémentaires dans le cadre du 3e pilier pour les cas d’invalidité ou de décès. Pensez à régler la question des assurances avant la naissance.

Vie de famille plutôt que vie professionnelle

Certaines mères continuent de se consacrer à leur enfant après le congé maternité. Elles cessent ainsi leur activité lucrative, même si cela peut être temporaire.

Mais ce manque de revenu réduit les prestations des 1er et 2e piliers. L’avoir du 2e pilier est transféré à une institution de libre passage et n’augmente plus que par la rémunération du taux d'intérêt. A la retraite, cela peut se révéler insuffisant. Dans ce cas, vous devriez clarifier vos besoins en termes de couverture.

Liste de contrôle: procédure à suivre

Avant la naissance, vous devriez avoir réglé ce qui suit:

  • Annonce du nouveau-né à la caisse maladie: L'enfant est assuré par l’assurance de la mère durant les trois premiers mois. Mais s’il tombe malade au cours des premières heures ou des premiers jours, il faut qu’il ait sa propre assurance qui doit être conclue avant la naissance. En cas de malformation, de naissance prématurée ou de maladies caractéristiques chez les nouveau-nés, c’est l’AI qui intervient.
  • Assurances complémentaires des caisses maladie: l’assurance de soins dentaires ou les médicaments et prestations non remboursés sont facultatifs et nécessitent généralement l’accord de la caisse maladie. Vous pouvez néanmoins conclure ces assurances complémentaires ultérieurement.
  • Assurance responsabilité civile familiale: en tant que parent, vous êtes responsable des actes de vos enfants. Vous êtes assuré s’ils endommagent par exemple un meuble d’une grande valeur.
  • Assurance inventaire du ménage: elle couvre tous les sinistres causés à votre propre mobilier, que ce soit par le feu, les événements naturels, le vol et l’eau. Faites particulièrement attention à la somme d’assurance et au vol simple hors du domicile.

Tour du monde, formation ou congé prolongé... Si votre congé non payé dure moins d’un mois, vous êtes assuré dans le cadre légal contre tous les risques (vieillesse, invalidité et décès) en cas de maladie et d’accident. Votre prévoyance professionnelle reste également inchangée.

Si votre congé dure plus d’un mois, les prestations de la caisse de pensions dépendent du règlement en vigueur. Selon votre caisse de pensions, vous recevez les prestations pendant six, douze, voire 24 mois au cours du congé non payé.

Liste de contrôle: procédure à suivre

  • Examen de la situation de prévoyance: si nécessaire, contactez votre employeur et votre caisse de pensions.
  • Constitution d'une prévoyance individuelle: contractez une prévoyance privée pour la période où vous n’êtes pas couvert par le 2e pilier. En cas de reprise de l’activité professionnelle, vous pouvez ainsi combler la lacune de prévoyance par un rachat dans le 2e pilier.
  • Invalidité et décès: si la couverture en cas d’invalidité ou de décès prend fin, vous devriez couvrir ces risques par une assurance privée.
  • Solution de libre passage: au moment de quitter votre employeur, vous pouvez placer votre avoir de vieillesse auprès d’une compagnie d’assurance ou d’une banque dans le cadre d’une solution de libre passage.
  • Cotisation minimale AVS: si vous ne travaillez pas en Suisse durant une année civile entière, vous devriez payer, à titre facultatif, la cotisation minimale annuelle de 480 francs à l’AVS. Vous évitez ainsi une lacune de cotisations. Les versements omis peuvent être effectués avec effet rétroactif dans les cinq ans.

Couverture en cas de maladie et d’accident

Tant que vous êtes inscrit en Suisse, l’assurance de base auprès d’une caisse maladie est obligatoire. Vous restez automatiquement assuré. Pour les traitements à l’étranger, l’assurance de base obligatoire rembourse au maximum le double des frais qui auraient été générés en Suisse.

Aux Etats-Unis, en Australie et dans d’autres pays, les frais de traitement risquent d’être plus élevés. Prenez également en compte le fait que la couverture de l’assurance accidents obligatoire expire 30 jours après le dernier versement du salaire par l’employeur.

Liste de contrôle: procédure à suivre

  • Couverture d’assurance: tant que vous êtes inscrit en Suisse, vous restez assuré par votre caisse maladie en cas de maladie et d’accident à l’étranger.
  • Assurance par convention: pour l’assurance accidents, il est recommandé, en cas de long séjour à l’étranger, de conclure une assurance par convention, en général par le biais de l’assureur accidents de votre employeur. Si l’absence est supérieure à six mois, il est souhaitable de conclure une assurance accidents séparée ou de la prendre en complément dans votre caisse maladie.