Changement de situation professionnelle

Changement d’emploi, réduction du temps de travail, installation à votre compte ou interruption de votre activité professionnelle: tout changement dans votre vie active a des répercussions sur votre prévoyance. Heureusement, vous pouvez combler partiellement, voire entièrement les lacunes de prévoyance grâce aux 2e et 3e piliers.

loading

Impact d'une réduction du temps de travail sur la prévoyance

Une réduction du temps de travail diminue la prévoyance. C’est ici que les versements dans le 3e pilier ont leur utilité. Faites-vous conseiller en cas d'incertitude.

Le salarié et l’employeur versent chacun la moitié des cotisations au 1er pilier (AVS/AI/APG). Les taux de cotisation sont calculés en pourcentage du salaire brut. Une rente entière AVS (état en 2015: 2 350 francs par mois) ne peut être perçue qu’à partir d’un revenu annuel moyen de 84 600 francs.

Si vous gagnez moins, votre rente sera réduite. Cela s’applique aussi aux emplois à temps partiel. Au pire des cas, la rente minimale est de 1 175 francs. Seuls ceux qui ont cotisé à l’AVS sans interruption perçoivent une rente entière.

Dans le 2e pilier également (caisse de pensions), un salaire plus bas entraîne une réduction des prestations. La majorité des caisses de pensions assurent uniquement les salariés dont le salaire dépasse le minimum de 21 150 francs (état en 2016). Un salaire inférieur signifie une sortie de la caisse.

Montant de coordination

La réduction est due au montant de coordination. Selon la loi, le salaire brut déterminant pour la caisse de pensions est réduit du montant de coordination (état en 2016: 24 675 francs). Pour un salaire annuel de 80 000 francs à un taux d’occupation de 100%, le salaire assuré de la CP est donc de 55 325 francs. Si l'on réduit le temps de travail de 50%, le salaire annuel tombe à 40 000 francs, et le revenu assuré baisse de façon disproportionnée à 15 325 francs (40 000 francs moins le montant de coordination).

«Pénalisation» pour plusieurs emplois à temps partiel

Le montant de coordination est particulièrement lourd de conséquences pour ceux qui occupent plusieurs emplois à temps partiel. En voici un exemple: un salarié perçoit d’un employeur A un salaire annuel de 50 000 francs et d’un employeur B un salaire annuel de 30 000 francs. Après déduction du montant de coordination pour les deux salaires, le salaire assuré est de 30 650 francs. Pour un poste à 100% et un salaire de 80 000 francs, son salaire assuré serait nettement plus élevé (55 325 francs).

En cas de travail à temps partiel, les lacunes de prévoyance générées par de plus faibles cotisations à la caisse de pensions peuvent être comblées par des versements dans le 3e pilier. Vous profitez ainsi d’un revenu plus élevé une fois à la retraite. En outre, il est possible de déduire vos versements de votre revenu imposable, mais à certaines conditions.

Assurance des accidents non professionnels

Les employés à temps partiel doivent vérifier leur assurance accidents. Si vous travaillez moins de huit heures par semaine, vous êtes assuré uniquement contre les accidents et les maladies professionnels. Le risque d’accidents en dehors du travail doit être couvert par l’assurance maladie.

Liste de contrôle: points à observer

  • Examiner votre couverture d’assurance: réduire le temps de travail peut diminuer vos prestations de prévoyance. Vérifiez votre couverture d’assurance comme expliqué ci-avant.
  • Cotisation minimale AVS: pour garantir une couverture sans lacune, vous devriez payer la cotisation minimale annuelle de 480 francs à l’AVS. Il est possible d’effectuer de tels versements avec effet rétroactif sur cinq années.
  • 3e pilier: afin de compenser des lacunes dans le 2e pilier, il serait judicieux de procéder à des versements facultatifs dans le 3e pilier. Ceux-ci sont déductibles des impôts.
  • Assurance accidents: Si vous travaillez moins de huit heures par semaine, vous êtes assuré uniquement contre les accidents et les maladies professionnels. Le risque d’accidents en dehors du travail doit être inclus dans l’assurance maladie.