Les enfants enrichissent notre vie. Mais ils sont aussi un coût, qui augmente au fur et à mesure qu’ils grandissent. Les parents ont donc tout intérêt à commencer le plus tôt possible à préparer l’avenir financier de leurs enfants. Nous vous présentons ici des possibilités de financement vous permettant d’épargner pour offrir à vos enfants un avenir en toute liberté de choix.

Familie_sparen_Martina Gantenbein (2)

Généralement, auparavant, on recourait au livret d’épargne classique sur lequel on effectuait des versements. De nos jours, il existe une véritable jungle de possibilités. Comment faire le tri? Martina Gantenbein, spécialiste en prévoyance chez Swiss Life et mère de deux enfants, offre une vue d’ensemble et résume les principaux enjeux concernant l’épargne pour les enfants.

1. Combien coûte un enfant chaque année? 

Les coûts dépendent beaucoup d’un enfant à l’autre et varient en fonction de l’âge, du niveau de vie, du pouvoir d’achat entre autres choses. Les parents vont-ils acheter pour leur nouveau-né une poussette d’occasion ou la toute dernière version de luxe? L’’enfant a-t-il des loisirs peu ou très coûteux? Souhaite-t-il étudier ou effectuer un apprentissage?

En moyenne, les parents estiment les coûts pour l’enfant à 1500 francs par mois, de la naissance à l’âge adulte.

  • De la phase du nourrisson à celle du petit enfant, on estime les coûts à environ 300 à 500 francs par mois, hors caisse maladie. 
  • On estime que les élèves de la 1re à la 6e classe coûtent entre 500 et 700 francs selon le niveau de vie et les loisirs. La gymnastique est assez bon marché, alors que les cours d’équitation coûtent plus cher.
  • Pour les adolescents, on table en moyenne sur 800 francs par mois. On doit compter au moins 150 francs pour les frais fixes afin de financer leurs loisirs, leurs frais de téléphone portable et leurs vêtements.
  • Pour les étudiants, il faut compter environ 2000 francs par mois. Les coûts, ici, peuvent varier énormément. Si l’enfant reste habiter chez ses parents, les coûts sont plus faibles. S’il emménage dans son propre logement , il faudra compter avec le loyer et les frais liés aux besoins quotidiens en plus. En cas de formation en alternance (apprentissage), les coûts peuvent s’avérer plus faibles car un salaire sera versé, ce qui permettra de couvrir les frais de téléphone portable, d’assurance maladie, des abonnements de transports publics ou le loyer.

Calculateur de budget

Vous souhaitez planifier votre budget familial? Notre calculateur vous donne un aperçu de vos revenus et de vos dépenses et détermine votre potentiel d’épargne.

2. A quoi les parents doivent-ils veiller au moment où leur enfant commence une formation professionnelle ou des études? 

Idéalement, les parents auront épargné entre 20 000 et 25 000 francs pour les études de leurs enfants, qui pourront ainsi être financées sans grever le budget mensuel. Ces économies pourront également servir à financer d’autres projets tels que le permis de conduire ou un séjour à l’étranger, et offrir ainsi de nombreuses possibilités à l’enfant. Qui n’a pas inscrit une aventure à l’étranger ou un voyage sur sa «bucket list»? 

3. Mais de quelles possibilités dispose-t-on pour assurer la prévoyance financière de ses enfants?

Fonds de placement

Le compte d’épargne classique, faiblement rémunéré, n'est plus attractif pour une épargne à long terme. Les spécialistes recommandent d’opter pour des fonds de placement mixtes combinant actions et obligations, à souscrire idéalement dès la naissance de l’enfant. La part en actions peut être déterminée en fonction du profil de risque et de l’horizon de placement.

Bénéficier d’un conseil

Nous vous aidons à identifier le bon fonds de placement pour votre plan d’épargne familial.

Polices d’épargne du pilier 3b

On peut également envisager des polices d’épargne 3b à long terme. Pour un financement de l’épargne familiale, nous recommandons la variante avec élément de sécurité et élément de rendement (fonds en actions institutionnels).

Ce dispositif permet d’ajuster la part de rendement au profil de risque. L’élément de sécurité bénéficie d’une rémunération fixe qui est redéfinie chaque année et qui est actuellement légèrement supérieure à celle d’un compte d’épargne normal.

Swiss Life Dynamic Elements Junior Plan

Epargner avec une combinaison optimale de sécurité et de rendement. La police s’adapte de multiples façons aux différents besoins et représente la solution idéale pour constituer un capital de départ en toute liberté de choix pour votre enfant.

Bénéficier d’un conseil

Nous vous conseillons dans le choix de la police d’épargne 3b qui conviendra le mieux à votre situation personnelle.

Couverture de l’invalidité ou de l’incapacité de gain des enfants ou des parents

L’un des avantages d’une police d’épargne du pilier 3b est la possibilité d’inclure un tarif d’assurance. Il est possible d’assurer le décès ou l’incapacité de gain du payeur de primes, de sorte que le paiement des primes pour l’enfant serait pris en charge par l’assurance. Vous trouverez ici un aperçu de la police d’épargne 3b de Swiss Life.

Il est également possible de conclure une rente pour l’enfant. Cette rente permet d’assurer l’enfant au cas où il deviendrait invalide par maladie ou accident avant l’âge adulte et ne pourrait jamais exercer un travail, faisant ainsi office de substitut au salaire. 

Sans cette rente, la substitution au salaire en cas de sinistre serait très faible, du fait que les enfants ne disposent ni d’une caisse de pensions ni d’une assurance accidents. En cas de sinistre, seul le 1er pilier verse une assurance invalidité d’environ 1500 francs par mois. C’est pourquoi les spécialistes recommandent d’ajouter une couverture supplémentaire. 

4. Quelle somme les parents devraient-ils épargner mensuellement?

De nombreux parents se basent sur les allocations pour enfants versées par l’Etat pour fixer leur cotisation d’épargne mensuelle. L’allocation pour enfants varie d’un canton à l’autre. En moyenne, elle se monte à 200 francs par mois.

5. Les capitaux doivent-ils être placés directement au nom de l’enfant ou à celui des parents?

La plupart des parents concluent le placement de manière à ce que l’argent soit directement transmis à l’enfant à sa majorité. Si les parents changent d’avis et ne souhaitent plus transmettre l’argent à leur enfant à sa majorité, ils doivent agir avant que l’enfant n’atteigne l’âge de 18 ans. 

La décision de transférer automatiquement ou non l’argent à l’enfant à l’âge de 18 ans dépend fortement du degré de responsabilité assumé par l’enfant à sa majorité. Le rapport qu’entretient l’enfant avec l’argent joue également un rôle. Mais en même temps, on peut y voir une opportunité. Pour la première fois de sa vie, l’enfant sera responsable d’une grosse somme d’argent et devra apprendre comment la gérer.    

Aucune approche n’est bonne ou mauvaise, les deux variantes sont possibles. Si une police d’assurance est choisie, l’un des parents ou le payeur de primes peut être désigné comme contractant ou contractante, de sorte que l’argent soit versé au parent et non directement à l’enfant.

Familie_sparen_Martina Gantenbein (4)

Vous souhaitez assurer une couverture optimale à votre famille?

Prenez en main la prévoyance de votre famille en toute liberté de choix – pour vous garantir un avenir serein. Nos conseillères et conseillers se feront un plaisir de vous aider.

Familie_sparen_Martina Gantenbein (5)
Martina Gantenbein

Martina Gantenbein travaille depuis plus de 15 ans chez Swiss Life. Elle est spécialiste en prévoyance diplômée pour la clientèle privée et la clientèle Entreprises et gère actuellement les clients de l’agence générale d’Uster.

image source: Philip Brand

Autres articles interessantes

Guide

Protection en concubinage: ce à quoi les couples non mariés doivent être attentifs en matière de prévoyance

Lire plus

Guide

Assurances pour bébés: lesquelles sont nécessaires?

Lire plus

Guide

Combien coûte un enfant? Les répercussions d’une naissance sur le budget familial

Lire plus