Après le mariage romantique vient le temps de la vie commune pour les jeunes mariés. Pour que le couple coule des jours heureux également sur le plan financier, un regard sur la situation du patrimoine et de prévoyance est le bienvenu. Qu’est-ce qui change pour les époux et comment se présentera la vie à deux en toute liberté de choix? Voici huit conseils pour réussir cette nouvelle étape.

1. Conclure un contrat d’assurance vie

C’est bien la dernière chose à laquelle on veut penser lorsqu’on a trouvé son partenaire pour la vie. Pourtant, l’assurance vie est essentielle en cas de maladie, d’accident ou de décès. Elle couvre financièrement le conjoint et, le cas échéant, les enfants du couple, pour qu’ils puissent, dans une situation critique, subvenir aux frais d’entretien et de logement. Une assurance mixte convient en outre parfaitement comme placement d’épargne solide qui sera reversé si aucune de ces circonstances ne s’est produite. Les versements en matière de prévoyance professionnelle sont fiscalement avantageux.

2. Couverture d’une éventuelle incapacité de gain

Un mariage n’implique pas forcément de fonder une famille. En revanche, si le couple a des enfants, il n’est pas rare que l’un des conjoints génère la principale source de revenu. L’absence prolongée de ce salaire peut entraîner des difficultés, pouvant affecter considérablement la vie de famille. On distingue en principe entre l’incapacité professionnelle pour cause d’accident ou de maladie. Si, en cas d’incapacité totale de travail, l’assurance accidents obligatoire verse, en complément du premier pilier, environ 90% du revenu perçu jusqu’alors (jusqu’à une certaine limite de salaire), les 1er et le 2e piliers ne couvrent plus qu’en moyenne 60% du revenu en cas de maladie. Et ce que beaucoup ignorent: statistiquement, une maladie est bien plus susceptible d’entraîner une incapacité de gain qu’un accident. Une police correspondante permet de se prémunir pour chacun de ces cas de figure.

En Suisse, l’âge moyen lors d’un premier mariage ne cesse d’augmenter. Il s’élève aujourd’hui à 32,1 ans pour les hommes et à 30 ans pour les femmes. En ce qui concerne les cantons, la plupart des mariages sont contractés à Zurich. Appenzell Rhodes-Intérieures compte le moins de mariage, ce qui est bien sûr fortement lié au faible nombre d’habitants. En 2019, près de 39 000 mariages ont été conclus en Suisse.

3. Examiner la prévoyance vieillesse

Vieillir à deux, c’est le tableau idéal d’une vie de couple. Pour que la retraite se déroule financièrement sans heurts, il est conseillé de se pencher sur le montant potentiel de ses rentes alors qu’on est encore jeune. Le montant de la retraite se compose des deux premiers piliers et d’une éventuelle prévoyance individuelle. Si un partenaire gagne nettement moins d’argent ou si l’un des deux travaille à temps partiel, il est recommandé d’envisager une solution de compensation. Par exemple, grâce à une prévoyance vieillesse complémentaire avec diverses possibilités. Swiss Life vous aide à trouver une solution individuelle.

4. Réunir l’assurance ménage et responsabilité civile

La nouvelle vie en tant qu’époux implique presque toujours un foyer commun. Il n’est donc plus nécessaire de conserver deux assurances ménage et responsabilité civile distinctes. Les couples mariés sont ici largement avantagés par rapport à leurs homologues non mariés car la résiliation contractuelle est réglementée entre les différentes compagnies d’assurances et n’entraîne aucuns frais. Il suffit simplement de décider la police qu’on souhaite conserver. Outre les économies de coûts qu’elle permet, une assurance ménage et responsabilité civile commune représente également un gain de temps pour le traitement des sinistres. En ce qui concerne l’assurance ménage, une mise à jour de la somme d’assurance est en outre indispensable, de sorte que la valeur des biens immobiliers soit couverte selon l’état actuel et qu’il n’y ait pas de sous-assurance en cas de sinistre.

5. Modifier l’assurance véhicule

Si chaque conjoint conserve sa propre voiture, les papiers doivent être modifiés après le mariage. Si le partenaire conduit plus souvent que le détenteur du véhicule, cela peut entraîner des difficultés en cas de sinistres. Mieux vaut alors se renseigner directement auprès de l’assurance véhicule sur les conditions d’assurance précises pour les couples mariés, et formuler des déclarations claires et fiables concernant l’utilisation de la voiture en question.

6. Modifier la protection juridique

De même que pour l’assurance ménage et responsabilité civile, les couples mariés peuvent partager une assurance de protection juridique. Pour ce faire, il faut modifier la police et choisir la catégorie «famille». Les deux partenaires et tous les enfants sont inclus dans la couverture. Cela permet de réduire les frais et de simplifier la vie de couple.

7. Définir la gestion du compte

Le mien? Le tien? Le nôtre? Les désaccords au sujet de l’argent peuvent créer des tensions dans le couple. Avant même de se marier, il est conseillé de se concerter sur la question des finances, surtout en cas de grande différence de salaire.

Plusieurs solutions peuvent être envisagées:

  • Une vie commune, des comptes séparés: malgré toute la confiance qu’ils se font, de nombreux couples mariés se sentent plus à l’aise avec cette solution. Les dépenses prévues sont discutées à deux et les coûts fixes sont répartis équitablement.
  • La variante classique: un compte unique est idéal pour les couples mariés dont la répartition des rôles entre le travail et la famille est claire. Car si le deuxième revenu est faible, un deuxième compte est inutile. Dans ce cas de figure, il est primordial de gérer cette différence de revenu de manière apaisée.
  • Trois comptes bancaires: un bon équilibre entre la communauté et l’indépendance financière. Le compte du couple couvre les coûts fixes, les comptes privés servent quant à eux aux loisirs et aux plaisirs personnels.

8. Economies d’impôts

D’un point de vue fiscal, le mariage réunit également deux sources de revenu. Pour les couples mariés, cette situation peut d’ailleurs être avantageuse, selon le salaire et la fonction professionnelle. Ainsi, les indépendants et les salariés sont soumis à des régimes différents. La bonne idée: faire appel aux conseils d’un expert qui examinera la situation pour effectuer des optimisations fiscales, le cas échéant. Une solution envisageable consiste ainsi à effectuer des investissements privés dans l’épargne et la prévoyance par le biais de versements dans le pilier 3a.

Pour que les jeunes mariés puissent pleinement profiter de leur bonheur et envisager l’avenir avec confiance, un examen consciencieux de tous ces points en vaut la peine. Les experts de Swiss Life se tiennent à leurs côtés pour leur montrer comment exploiter ces possibilités en toute liberté de choix.

Sources: Unsplash, @eugenivy_reserv

Autres articles interessantes

Guide

Comment rester en forme à la retraite? Les conseils précieux de Heike A. Bischoff-Ferrari, docteure en santé publique

Lire plus

Guide

Assurance vie: dans quels cas est-elle judicieuse?

Lire plus

Guide

Adieu, papa et maman! Douze bons conseils pour les jeunes afin de gérer son ménage

Lire plus