Notre vie évolue constamment et la carrière professionnelle ne fait pas exception à ces changements. Aux emplois et parcours traditionnels se substituent de nouveaux modèles plus variés tandis que la conception de la vie familiale moderne investit le lieu de travail. Cette évolution offre des chances qu’il convient d’exploiter en toute liberté de choix.

Les temps changent. Les horaires de travail aussi.

Exercer toute une vie le même emploi, si possible dans une seule et unique entreprise? Du lundi au vendredi, de neuf heures à dix-sept heures? Ce tableau appartiendrait plutôt au passé. En effet, la conception des rôles traditionnelle évolue vers une égalité des droits vécue au quotidien. Ainsi, de plus en plus d’hommes sont prêts à travailler à domicile. Et les outils ne manquent pas: avec Skype, les ordinateurs portables, les applications telles que GoToMeeting, il est aujourd’hui possible de travailler où on le souhaite. Certaines entreprises choisissent même de dire adieu aux postes de travail fixes. Et pour ceux qui trouveront la voie qui leur convient, s’ouvrent à coup sûr les portes d’une vie professionnelle épanouie.

Le temps partiel partagé

Les plus grandes concessions professionnelles sont généralement liées à la naissance d’un enfant. Il y a encore quelques années, il était évident que la femme réduise son taux d’occupation. Aujourd’hui, de nombreux couples suisses privilégient leur enfant autant que leur carrière. Concrètement, cela signifie un poste à 80% pour chacun. Ce faisant, chaque parent a la possibilité de passer du temps avec l’enfant, sans risquer de faire face à des difficultés financières. Les entrepreneurs aussi voient cette solution plutôt d’un bon œil, car elle garantit à la fois une répartition équitable du travail et une certaine continuité.

Une carrière pour la femme, un homme au foyer

La tendance semble se confirmer: des hommes choisissent de rester à la maison pour gérer le foyer et élever leurs enfants. Pour toute une vie, peut-être pas, mais pour une certaine petite période, sans hésitation. Avant de sauter le pas de cette répartition des rôles d’avenir, il est conseillé de se pencher sur le niveau de revenu. Si le salaire de la femme est élevé dès le départ, le changement financier pourra se dérouler sans bouleversement. Si c’est l’homme qui rapporte le principal revenu, il faut alors calculer précisément le budget familial et combler d’éventuelles lacunes de prévoyance.

Au bureau, chez soi

Grâce aux nouvelles possibilités numériques, le travail à domicile n’en finit pas de séduire. En concertation avec le responsable du personnel, le lieu de travail peut être déplacé chez soi. Le supérieur et le salarié s’accordent sur le nombre de journées ou de demi-journées par semaine. Ici, l’autodiscipline, à ne pas sous-estimer, est de rigueur. Car le travail à domicile peut inviter à toutes sortes de distractions, surtout lorsque des enfants sont présents. L’avantage: le travail à domicile n’a aucune conséquence sur le salaire et les personnes qui savent bien se motiver, travaillent même plus efficacement chez elles.

Le travail indépendant

En optant pour le travail indépendant, la liberté peut rimer avec de très grands risques. Toutefois, à l’heure actuelle, les conditions sont largement réunies pour réussir une carrière indépendante. Internet permet en effet d’accéder à une clientèle bien plus vaste qu’il y a quelques années. Les réseaux professionnels et les outils de marketing en ligne constituent d’autres ressources. Pour prendre le moins de risques possible, il convient de souscrire à une assurance incapacité de gain et à une prévoyance privée, pour compenser l’absence de cotisations au deuxième pilier. De cette manière, on acquiert la certitude d’une vie en toute liberté de choix et financièrement indépendante, une fois à la retraite.

Nouvelle carrière, nouveaux enjeux?

L’ère de tous les possibles sonne le glas du parcours professionnel tout tracé; aujourd’hui, tout est permis. Une avocate renommée peut se reconvertir en propriétaire d’une pension pour animaux, un banquier pourra autant fonder avec succès une start-up que se lancer dans un tour du monde. Quant aux salariés, ils peuvent prendre un congé sabbatique sans craindre pour leur carrière. A l’heure de la mondialisation, l’apprentissage des langues, les voyages à travers le monde et pourquoi pas l’engagement social, deviennent pour l’employeur autant d’atouts et favorisent les chances de promotion.

Bien planifier pour exploiter les meilleures possibilités

Et puisqu’il n’existe plus de règle en la matière, un plan de carrière systématique s’impose. On se pose alors les bonnes questions: Quels sont mes objectifs, à quelles échéances? Que je sois un homme ou une femme, mes priorités sont-elles, les enfants, la carrière ou les deux? Combien d’heures et pendant combien de temps je souhaite travailler? Quel est donc mon profil de carrière? En trouvant la réponse à chacune de ces questions, il sera plus aisé de définir sa carrière en toute liberté de choix et de l’adapter à ses besoins personnels. La planification financière doit bien sûr toujours faire partie de ce cheminement. Car avec une bonne couverture financière, on peut également se permettre plus facilement des éventuels détours et envisager l’avenir avec confiance. 

Autres articles interessantes

Connaissances

Une question d’interprétation: comment les Suisses perçoivent-il leur âge?

Lire plus

Guide

Un mariage sans nuage: huit conseils financiers pour les jeunes mariés

Lire plus

Guide

Economiser des impôts avec le troisième pilier: rien de plus simple

Lire plus