«Comment nous vivrons demain» - Pistes de réflexion pour l’ère de la longévité

Swiss Life et le groupe de réflexion W.I.R.E. se sont penchés sur des modes de vie alternatifs. «Comment nous vivrons demain» présente 44 scénarios, du réaliste au plus radical, qui montrent à quoi pourrait ressembler la vie d’après-demain: de la parentalité après 50 ans jusqu’à l’amour pour des êtres virtuels en passant par une carrière par tranche de vie et un logement intergénérationnel.

original

C'est un fait: nous vivons toujours plus longtemps. Cette évolution entraîne une augmentation des coûts liés à la prévoyance vieillesse mais aussi, et surtout, nous offre un surcroît de temps. Swiss Life s’engage très activement sur le thème de la vie plus longue en toute liberté de choix et souhaite lancer un large débat. C'est pourquoi, en collaboration avec W.I.R.E, elle s’est penchée sur la manière dont nous vivrons demain.

Une plus grande flexibilité pour aménager sa vie signifie aussi plus de responsabilité individuelle. Chacun doit définir pour lui-même quels modes de vie sont souhaitables ou non. Dans le cadre d’une enquête représentative, on a demandé à la population suisse de désigner les scénarios souhaitables et ceux faisables. Le résultat est surprenant: de nombreux modes de vie considérés comme réalistes sont jugés non souhaitables par la population. En d'autres termes, nous nous dirigeons vers un avenir que nous ne voulons pas. Des changements sont donc nécessaires.

Si l’on veut profiter des nouvelles possibilités pour aménager sa vie, il faut tout d’abord la repenser. Mais ce n'est pas que du ressort de la société; les conditions économiques et politiques doivent aussi être adaptées à l’ère de la longévité. Afin que nous puissions non seulement vivre plus longtemps, mais aussi bien vivre demain.

original

La longévité croissante permet un assouplissement de la planification familiale et de la vie de famille. Nous pouvons mieux nous concentrer sur l’éducation des enfants pendant le temps qui nous est biologiquement imparti pour ce faire si nous n’avons pas à satisfaire simultanément les exigences qui s’imposent dans les autres domaines (carrière, formation continue, relations). De plus, les progrès de la médecine permettront d'avoir encore des enfants à un âge avancé. L’évolution des valeurs sociales confère également plus de souplesse à la vie de famille: gestation pour autrui, parents de même sexe et adoption sont mieux acceptés par la société.

original

Alors que nous réservions jusqu’ici la formation aux 30 premières années de notre vie, le temps de vie supplémentaire dont nous disposons prolonge la durée d’acquisition de compétences et répartit la formation sur toute notre vie. L’apprentissage ne cesse jamais et fait partie intégrante de notre existence. Ce scénario ne tient pas seulement compte de l’évolution humaine. L’évolution constante de notre environnement nous contraint à un perfectionnement régulier, voire au développement de nouvelles compétences. A rester statiques, nous serions dépassés de tous côtés.

original

Notre longévité croissante a de profondes répercussions sur notre vie professionnelle, qui n’ira plus seulement de la fin de la formation à la retraite, et qui sera marquée par différentes étapes entrecoupées de pauses. Cette évolution ouvre de nouvelles perspectives pour la planification de carrière et tous les autres domaines qui touchent au monde du travail. On travaillera partout, au bureau, à la maison et en déplacement. Conséquence de ces nouvelles possibilités et du besoin accru d’autonomie: le nombre d’indépendants est en hausse.

original

Suis-je en bonne santé? La réponse à cette question se réfère aujourd’hui au bien-être physique mais aussi psychique. De plus en plus, c’est la santé qui nous pousse à adopter ou non un certain style de vie. Alimentation et organisation du temps libre sont examinés dans l’optique de leurs conséquences sur le bien-être. La santé devient de plus en plus un projet de vie. Et les outils numériques nous aident à optimiser corps et esprit. Les systèmes de suivi font gagner un temps précieux grâce à une détection précoce plus précise – et enregistrent invariablement nos données de santé. Mais des contre-tendances sont aussi prévisibles: l’orientation totale vers le plaisir et l’abandon et le rejet de la perfection.

original

Alors que notre modèle était jusqu’ici dominé par la relation monogame, nous disposerons demain d’une myriade de possibilités de relations. Dans cette diversité se reflètent à la fois l’évolution des valeurs de la société et le progrès technologique. L’éventail des options autres que des styles de vie individualistes, dans lesquels le «moi» est au centre de tout, va de la mise en place d’une culture du «nous», du partage et du don, à la retraite choisie dans un ermitage. A y regarder de plus près, les relations entre l’homme et la machine sont loin d’être de la science-fiction. Les découvertes en matière de réalité virtuelle accélèrent ces possibilités et rendent les relations avec l’intelligence artificielle plus réelles et tangibles.

original

L’intelligence numérique s’installe de plus en plus dans nos logements. Dans ce que l’on appelle les «smart homes», les appareils et autres installations, du chauffage au lave-linge en passant par l’aspirateur, sont toujours plus nombreux à être commandés par Internet, voire à se piloter tout seuls. Il y a un changement nettement plus visible mais qui n’est pas mu par la technologie et qui découle de l’évolution des valeurs sociétales. De nombreuses nouvelles formes d’habitation voient le jour, qui vont des ménages multigénérationnels à des appartements high-tech pour célibataires, en passant par des logements en série adaptés à chaque tranche d’âge.

original

La longévité croissante repousse le moment de la mort. Et les progrès de la médecine retardent notre décès tout en rendant moins douloureuse la période qui le précède. L’éventail des scénarios liés au décès va de l’aspiration à vieillir encore au souhait d’intégrer sa finitude et sa mort dans sa vie. Bien qu’il soit hautement improbable que la technologie puisse déjouer un jour la mort, elle rend aujourd’hui déjà notre moi virtuel immortel. Comment nous le gérons et ce que nous voulons laisser derrière relèvent aussi d’une décision personnelle.

Vous voulez en savoir plus sur les possibilités d’aménagement de la vie? Alors téléchargez gratuitement notre résumé ou commandez un exemplaire de notre livre «Comment nous vivrons demain – Pistes de réflexion pour l’ère de la longévité» ou de notre lot de cartes postales.

×