Quelque 40’000 entreprises sont créées chaque année en Suisse. La plupart ne sont pas des start-up innovantes, mais des cabinets de conseil fiscal, des prestataires de services ou des artisans. Tous les créateurs d’entreprises doivent suivre les mêmes étapes pour concrétiser leur rêve de gérer leur propre entreprise et de décider de leur avenir professionnel en toute liberté de choix.

Zurich est le canton qui enregistre le plus grand nombre de créations d’entreprises (7820), suivi des cantons de Vaud (4390) et de Genève (3720). Zurich arrive également largement en tête dans le classement par villes, notamment en matière de création de start-up.

1. Concept commercial

Le concept commercial est toujours le point de départ d’une création d’entreprise. Celui-ci doit avoir en priorité une qualité: être compétitif. Le concept commercial forme la base de toutes les étapes suivantes. Prenez donc le temps de l’élaborer avec soin de manière à pouvoir le formuler concrètement et le mettre en œuvre. Testez également votre concept commercial auprès de votre entourage. Vos proches pourront peut-être vous fournir de précieux conseils auxquels vous n’auriez pas pensé.

2. Créer un business plan solide

Une fois que vous avez défini votre concept commercial, la prochaine étape consiste à mettre en place un business plan. Véritable pierre angulaire de votre entreprise, le business plan peut, dans certains cas, vous protéger de l’échec. Le business plan définit la stratégie, la situation du marché, les mesures planifiées et les besoins financiers. Prenez le temps de créer votre business plan et essayez d’analyser et de décrire le plus précisément possible chacun des points. Le business plan n’est pas une garantie de succès pour votre entreprise mais vous aide, surtout dans les débuts de votre activité, à obtenir une vue d’ensemble de la situation et à présenter votre idée à des investisseurs.

Les créations d’entreprises sont particulièrement nombreuses dans les domaines du conseil aux entreprises et du conseil fiscal (3970), de l’artisanat (3560) et des prestations de services aux entreprises (3410).

3. Disposer du bon financement

La plupart des créateurs d’entreprises disposent d’un capital financier limité. La question du financement doit donc faire l’objet d’une réflexion approfondie. Différentes possibilités de financement existent. Le choix en la matière dépend de vos capitaux propres, de votre propension au risque et du montant des investissements que vous prévoyez.

Possibilités de financement

  • capitaux propres (épargne, titres ou retrait de fonds provenant de la prévoyance professionnelle et/ou privée);
  • capitaux externes (par ex. emprunt ou prêt bancaire);
  • investisseurs (par ex. «business angels»). 

4. Se doter d’une infrastructure adaptée

Il ne faut pas sous-estimer le choix d’une infrastructure adaptée. Aussi bon votre concept commercial soit-il, il ne sera pas suffisant si vos clients ne vous trouvent pas ou si vous perdez trop de temps en raison de processus compliqués. Réfléchissez donc bien à l’infrastructure dont vous avez besoin. Une boutique ou un bureau? Des places de stationnement pour vos clients, une bonne desserte par les transports publics ou le réseau routier ou un emplacement central au cœur de la ville? Il faut également bien réfléchir à l’équipement technologique (Internet, ordinateurs, imprimantes et serveurs) et à la configuration car ces deux paramètres auront des répercussions sur l’efficacité de votre entreprise au quotidien.

5. Choisir la forme juridique adaptée

Le choix de la forme juridique adaptée est une étape incontournable dans toute création d’entreprise. Tenez compte du fait que la responsabilité, les allocations et l’indemnité de chômage varient selon la forme juridique choisie. Le site ifj.ch donne un aperçu des différentes formes juridiques.

Les quatre formes juridiques les plus courantes sont

  • entreprise individuelle
  • société en nom collectif
  • SARL
  • SA 

6. Penser à la prévoyance et à la protection contre les risques

Lorsqu’on franchit le pas vers la création d’une entreprise, on ne pense pas toujours aux exigences légales; or, ces dernières sont importantes pour votre avenir financier. En effet, un accident ou une maladie peut signifier la fin de votre entreprise. Vous devez à présent vous occuper des garanties qui étaient auparavant prises en charge par l’employeur. Non seulement pour vous-même, mais aussi pour vos collaborateurs. En fonction de la forme juridique choisie et de la branche d’activité, certaines assurances sont obligatoires, d’autres peuvent vous être utiles.

Les principales assurances sont

  • la protection juridique
  • l’assurance en cas d’incapacité de gain
  • l’assurance responsabilité civile d’entreprise et professionnelle
  • l’assurance décès
  • le premier pilier (AVS/AI et AC)
  • la prévoyance professionnelle (LPP)
  • l’assurance accidents (LAA)
  • l’assurance d’indemnités journalière en cas de maladie

Analyse des risques Swiss Life

L’analyse des risques Swiss Life vous permet de vérifier si votre prévoyance comporte des lacunes. Vous avez pensé à tout? Alors plus rien ne s’oppose à votre projet de création d’entreprise et à un avenir professionnel selon vos propres choix!

Autres articles interessantes

Guide

Entre femmes: les dix meilleurs conseils en prévoyance

Lire plus

Guide

Congé sabbatique: mode d’emploi

Lire plus

Guide

De nouveaux modèles de travail pour une plus grande liberté de choix

Lire plus