Quand sa femme a voulu réduire son taux d’occupation à l’annonce de sa grossesse, on lui a répondu qu’on «avait été heureux de collaborer avec elle». David Windlin a donc d’autant plus apprécié de bénéficier des modèles flexibles proposés par Swiss Life pour concilier vie professionnelle et vie privée.

Quand on parle à David (ou «Dave» comme ses collègues l’appellent) Windlin (33 ans) de sa fille Chloé, ses yeux se mettent à briller. A briller encore plus, devrait-on dire, parce que c’est déjà une personne solaire, toujours le sourire aux lèvres. C’est en 2021 que ce responsable Coordination de la distribution chez Swiss Life Select est devenu père. Il a ainsi pu profiter du congé de paternité prolongé chez Swiss Life: alors que la loi prescrit dix jours de congé depuis le 1er janvier 2021, ce qui était d’ailleurs le cas chez Swiss Life depuis quelques années, il en a eu quinze avec la possibilité de prolonger ce congé jusqu’à 15 semaines en recourant à des modèles time out.

windlin_gif_FR.gif

David Windlin, quels sont les derniers progrès de Chloé?
En ce moment, elle essaie déjà de se lever dès qu’elle peut et elle fait du quatre pattes comme une championne. Elle puis elle a déjà deux dents! C’est un immense cadeau, cette petite.

Vous avez eu 15 jours de congé de paternité. Comment avez-vous vécu cette période?
J’ai trouvé cette phase très intense, mais d’autant plus enrichissante. Je n’ai pas pris les trois semaines d’affilée, mais en plusieurs jours répartis sur plusieurs semaines. Cette flexibilité nous a beaucoup aidés à décider en toute liberté de choix des moments où il était judicieux d’aider ou moins. Je suis extrêmement reconnaissant d’avoir pu être là pour ma femme et pour Chloé pendant cette période.

Sur quelle durée avez-vous pris votre congé de paternité?
Environ deux mois.

Quelle est la situation de votre femme en termes de congé parental?
Elle est encore à la maison, mais elle va bientôt prendre de nouvelles fonctions. Auprès de son ancien employeur, elle a pris le congé de maternité minimum légal, c’est-à-dire trois mois. Elle a également pris trois mois de congé non payé mais n’a pas pu reprendre son travail par la suite. Elle ne pouvait pas réduire à moins de 100%, et on lui a dit: «Au revoir et merci pour vos bons et loyaux services.»

windlin_test2_8x8
En tant que couple, il est clair que nous voulons tous deux poursuivre notre voie professionnelle et notre carrière.

Chez Swiss Life, il est possible de prolonger le congé de paternité jusqu’à 15 semaines en recourant à des modèles time out. Il est possible d’épargner des jours de vacances, d’en acheter, et de prendre ainsi une pause pouvant aller jusqu’à 60 jours. Parmi les pères de votre entourage, ressentez-vous un besoin d’être un peu plus à la maison au début?

Absolument. Et pas seulement au début. Le rôle de père évolue de plus en plus. C’est aussi une bonne chose que les femmes souhaitent que les hommes ne soient pas les seuls à pouvoir faire carrière. Ma femme est finlandaise. Dans son pays, les modèles familiaux sont tout autres et il y a d’autres rôles pour les mères de famille. Voilà pourquoi j’ai la volonté et la prétention de jouer un rôle actif en tant que père. Et en tant que couple, il est clair que nous voulons tous deux poursuivre notre voie professionnelle et notre carrière.

windlin_bio2_16x9

David Windlin, 33 ans, a fait son apprentissage chez Swiss Life Select et occupe aujourd’hui le poste de responsable Coordination de la distribution après avoir assumé diverses fonctions chez Swiss Life Select. Il est marié à une finlandaise et depuis mars 2021 heureux papa d’une petite fille qui les occupe bien, lui et sa femme.

Comment organisez-vous actuellement la prise en charge de votre fille dans votre couple?
Ma femme prévoit de reprendre un poste à temps partiel, puis de repasser à plein temps plus tard. Je peux pour ma part envisager de continuer de travailler à 80%. Les grands-parents assureront le reste (rires).

Photos: Lukas Mäder
Texte: Michèle Roten

Structurer activement sa vie professionnelle

Swiss Life s’engage pour «une vie en toute liberté de choix» et poursuit, en tant qu’employeur également, sur cette voie éprouvée depuis 2016, avec l’initiative «Structurer activement sa vie professionnelle». En proposant des modèles de travail et de développement flexibles, Swiss Life Suisse encourage ses collaborateurs à gérer eux-mêmes les opportunités du monde du travail actuel et futur. L’accent est mis sur les axes suivants: «Employability – l’employabilité par un développement constant», «Diversity – la diversité comme facteur de réussite» et «Work Ability – la capacité de travail par la conciliation, la motivation et la santé» – durant toutes les phases de la vie.

Autres articles interessantes

Personnes

«Mon parcours? Assez atypique!»: Frédéric Bräm, 62 ans, responsable de projet chez Swiss Life

Lire plus

Personnes

«Si on a un enfant un jour, on travaillera tous les deux à temps partiel»

Lire plus

Personnes

«Qu’est-ce que je ferai après mon apprentissage? Je deviendrai peut-être avocate.»

Lire plus