92% des parents suisses préféreraient travailler à temps partiel. Toutefois, seule une minorité de parents a déjà sérieusement réfléchi aux conséquences financières d’un emploi à temps partiel et aux possibles répercussions majeures sur la situation de prévoyance. C’est ce que dévoile une enquête représentative mandatée par Swiss Life et menée auprès de 912 parents en Suisse.

Le travail à temps partiel en Suisse

  • La Suisse est une nation de travailleurs à temps partiel: 37% de ses salariés optent pour ce modèle. Comparée à d’autres pays européens, la Suisse arrive en deuxième place, derrière les Pays-Bas.
  • Dans 62% des familles suisses, au moins un parent travaille à temps partiel, comme le montrent les chiffres actuels de l’Office fédéral de la statistique. Les familles où les deux parents travaillent à plein temps ou dans lesquelles une seule personne a une activité lucrative envisagent également de travailler à temps partiel à l’avenir afin de réduire leur degré d’occupation ou de faciliter le retour à la vie active.

Taux d’occupation – souhait vs réalité

  • Seuls 8% des parents suisses seraient prêts à travailler à temps plein s’ils avaient le choix.
  • Chez les pères, ce taux est légèrement plus élevé avec 13%, contre seulement 4% du côté des mères.
  • En effet, 76% des pères et 11% des mères interrogés travaillent aujourd’hui à temps plein.

Raisons pour travailler à temps plein

  • Près de trois quarts (74%) des parents travaillant à temps plein invoquent le revenu plus élevé comme principale raison de leur taux d’occupation.
  • Seuls 24% d’entre eux travaillent à temps plein par plaisir. Des chiffres qui reflètent l’importance de la liberté de choix financière pour les parents suisses.
  • L’indépendance financière vient en deuxième position de leurs priorités, juste après la propre famille et avant les amis et la carrière professionnelle.
  • Un résultat corroboré par le fait que seuls 12% des parents considèrent la réussite professionnelle comme un objectif important pour les dix années à venir.
0573_Grafiken_Studie_Teilzeitarbeit_16zu9_V02_FR_
Conséquences financières du travail à temps partiel
 
  • Seuls 39% des parents suisses ont calculé en détail les répercussions du travail à temps partiel sur leur budget familial.
  • Un pourcentage encore moindre (27%) a déjà réfléchi sérieusement aux conséquences financières d’un emploi à temps partiel sur la situation de prévoyance vieillesse. Il est surprenant de voir combien de parents souhaitent travailler à temps partiel sans jamais avoir calculé le scénario correspondant.

Informations clés

  • Le travail à temps partiel est un sujet important pour pratiquement toutes les familles en Suisse.
  • La majorité des parents suisses préféreraient travailler à temps partiel. Principal motif: avoir davantage de temps à consacrer à la garde de leurs enfants et à la gestion du ménage. Parallèlement, les parents suisses accordent beaucoup d’importance à la liberté de choix financière et le salaire est la principale raison qui les pousse à travailler plus qu’ils ne le souhaitent.
  • Les familles doivent prendre conscience des répercussions d’une réduction du taux d’occupation sur le budget familial et la prévoyance vieillesse. Or, la majorité d’entre elles ne s’intéressent pas suffisamment à ces thématiques.
  • Grâce à son expertise en matière de budget familial et de prévoyance vieillesse, Swiss Life peut permettre à ces familles de vivre selon leurs propres choix.