Elles pourraient si elles le souhaitaient. Mais une carrière s’inspirant de la devise «Plus haut, plus vite, plus loin» ne les intéresse pas. Estefanía Tapias et Laura Seifert représentent une génération de jeunes femmes qui veulent tracer leur propre voie, mais en unissant leurs forces.

Les parcours peuvent être tellement impressionnants qu’ils ont presque quelque chose d'intimidant. Pour Estefanía Tapias et Laura Seifert, respectivement 30 ans et 29 ans: d’excellentes universités, d’excellentes notes et d’excellentes expériences professionnelles. Toutes deux ont obtenu un doctorat et un brillant avenir professionnel s’ouvrait devant elles. Malgré tout, elles ont récemment renoncé à une carrière prometteuse dans le domaine scientifique et dans une grande entreprise. Une décision mûrement réfléchie.

A présent, elles mettent toute leur énergie dans leur projet commun WeSpace, un espace de coworking avec une communauté de femmes pour les femmes, le premier de ce type en Suisse. Le duo de choc a récemment reçu les éloges d'un journaliste de NZZ. Il décrit les deux jeunes femmes comme des entrepreneuses «vives d’esprit, tenaces, sociables, pleines d’énergie, portées par le succès, confiantes sans être présomptueuses». Difficile d’être plus élogieux. Mais le succès revêt plusieurs facettes: ce qui figure sur le CV n’est que l’une d’entre elles. Celles et ceux qui connaissent Estefanía Tapias et Laura Seifert le remarquent rapidement: les deux jeunes femmes sont beaucoup trop occupées pour les manières. Et beaucoup trop intelligentes pour la pensée traditionnelle, compartimentée. En savoir plus dans la vidéo:

Laura und Estefanía: la vidéo

La nouvelle série Life Stories

Derrière chaque femme forte se cache surtout une personnalité forte. Sur notre blog, nous vous présentons cette année des femmes qui nous impressionnent. La série de celles qui ont choisi de prendre leur destin en main: ce qui motive les femmes, ce qui les freine, ce qui les anime, ce qui les inspire. Les trois prochaines séquences avec les créatrices d’entreprise Laura et Estefanía.

estefania_fb_1200x1200

Estefanía Tapias
Née en 1988, Estefanía Tapias a quitté son pays natal, la Colombie, après sa scolarité pour étudier l’architecture et l’aménagement urbain en Argentine et en Italie. Elle vit en Suisse depuis 2013. A l’EPFZ, dernièrement comme post-doctorante, elle s’est penchée sur l’influence du changement climatique sur les villes de demain. En 2018, deux magazines économiques l’ont désignée dans leur classement des personnalités les plus influentes: «Forbes», dans son classement «30 under 30» dans le domaine scientifique en Europe, et «Bilanz» dans le «Top 100 de celles et ceux qui font la Suisse du numérique».

Saviez-vous très tôt quel serait votre avenir professionnel et quels objectifs vous vouliez atteindre?

Laura: Je n’ai jamais eu de vision à long terme du genre: voilà où je me vois dans 50 ans. En revanche, j’ai toujours eu de nombreux objectifs et je les ai divisés en petites étapes. Je suis quelqu’un de très ambitieux et tourné vers les objectifs. J’avais une affinité pour les chiffres et en même temps je les percevais comme un défi; je me suis donc orientée vers le secteur des finances.

Estefanía: J’ai toujours été sûre de moi et j’ai toujours su ce que je voulais. Pour être sincère, je ne sais pas si c’est une bonne chose ou non. Mais cela m’a été bénéfique, je trouve que l’ensemble est positif. Je dis toujours ce que je pense et lorsque je veux quelque chose, je me donne tous les moyens pour y parvenir. Cela a toujours été le cas, c’est le modèle que les femmes dans ma famille m’ont montré.

laura_fb_1200x1200

Laura Seifert
Née en 1989, Laura Seifert, gestionnaire d'entreprise, a grandi aux États-Unis, en Allemagne et en Suisse. Après des études à Hambourg, Londres, New York, Paris et Berlin, elle a obtenu un diplôme de finance d’entreprise à l’université de Saint-Gall. Elle a ensuite travaillé dans le secteur financier, dernièrement dans la branche Investment Banking de JP Morgan Chase & Co.

A propos de la famille: Quel rôle votre environnement familial a-t-il joué?

Laura: Ma mère et ma grand-mère étaient déjà des modèles pour moi. Mon père est décédé quand j’étais encore jeune et ma mère et ma grand-mère m’ont beaucoup influencé dans mes choix de vie et m’ont appris l’importance de l’indépendance.

Estefanía: J’ai trois sœurs plus âgées et chacune a trouvé sa voie. Ma mère et ma grand-mère ont toujours exercé une activité professionnelle, c’était le cas pour toutes les femmes dans la famille. Mais à l’époque, je ne me souciais pas trop de ce que l’on appelle aujourd'hui des «modèles». Plus tard, je me suis inspirée de certains traits de différentes dirigeantes féminines qui m’ont impressionnée, notamment dans le domaine politique. 

Quel a été l’élément déterminant dans ton changement d'orientation professionnelle?

Laura: Je viens d’un milieu très axé sur l’entrepreneuriat. Créer une entreprise était donc une évidence pour moi et j'ai très vite appris ce que cela impliquait comme responsabilité. Et oser entreprendre en vaut la peine.

Estefanía: En tant que scientifique, j’ai eu la chance de me pencher sur des thèmes incroyablement passionnants. Cependant, j'ai toujours voulu créer quelque chose moi-même; cette pensée ne m’a jamais quittée. Même si mon métier me donnait entière satisfaction et me permettait de me dépasser, je n’étais finalement plus attirée par le métier de professeure. Je me suis mise en quête d’un nouveau défi.

L’équilibre entre travail et famille est-il un sujet qui vous préoccupe?

Laura: Sur le plan privé, la question ne se pose pas encore pour moi, mais c’est un thème qui revêt une grande importance pour moi à titre personnel et pour nous en tant que fondatrices d’une communauté de femmes. Nous nous devons de poursuivre le débat public sur cette question. Je pense que les modèles classiques doivent continuer d’évoluer et que les entreprises doivent proposer une plus grande flexibilité afin que chacun – j’entends par là les hommes et les femmes – puisse mener l’existence auquel il aspire.

Swiss Life Asset Managers

Une tendance: le coworking

Swiss Life Asset Managers détient le plus grand portefeuille immobilier privé de Suisse et est notamment propriétaire de l’immeuble situé Bahnhofstrasse 62 à Zurich, qui abrite le siège de l’entreprise de Laura Seifert et Estefanía Tapias. Swiss Life AM observe constamment les tendances et les évolutions sur le marché des surfaces de bureaux et prévoit une croissance continue pour le secteur du coworking.

Das könnte Sie auch interessieren

Menschen

Mademoiselle Triathlon

Lire plus

Menschen

Der Klang einer erfolgreichen Musikkarriere

Lire plus

Menschen

Von Zwinglis Frau zu Elisabeth I

Lire plus