Chez lui, le comédien Kaya Yanar est considéré comme un Turc, et à l’étranger comme un Allemand... sa femme est suisse et ils vivent tous deux depuis longtemps au bord du lac de Zurich. A 46 ans, il est en tournée en Suisse et en Allemagne avec son spectacle «Ausrasten für Anfänger», familièrement «Péter un plomb pour les nuls». Le prochain projet sur lequel travaille Kaya Yanar ... ses propres enfants!

Allemand d’origine turque, vous vivez ici en Suisse. Comment se passe la relation avec vos voisins?
Très bien! Les gens sont amicaux et attentionnés. Je les comprends maintenant, surtout quand ils mefont des compliments. Quand ils me critiquent, je ne comprends pas leur dialecte la plupart du temps.

Les Suisses sont-ils de bons voisins?
Je dirais même que ce sont les meilleurs voisins que l’on puisse imaginer. Des siècles de paix, pas d’agressions, pas de sanctions. Les Suisses aiment qu’on les laisse tranquilles et font de même. On ne peut faire mieux. Imaginez avoir les Etats-Unis comme voisin ... Heureusement quela Suisse n’a pas de pétrole.

A quel point est-on libre de ses choix quandon doit toujours être drôle?
Cela dépend de l’humoriste. Je ne ressens pas depression à être drôle. Sur scène, je suis presque comme en privé. Je ne me suis pas créé un personnage.

Les rapports entre les Suisses et les Allemands ne sont pas toujours simples. Qu’est-ce que nous ne faisons pas correctement?
Les Suisses, rien! Les Allemands, tout! Vous comprendrez certainement que je dis l’inverse quand je suis en Allemagne. Plus sérieusement, les Allemands sont connus pour imprimer leur marque à l’étranger, une chose que beaucoup de Suisses n’apprécient pas. Mais en tant que nouvel arrivant, il faut s’adapter.

kayayanar_bio_16x9

Kaya Yanar vient de publier son nouveau livre chez Orell Füssli. Intitulé «Das ist hier aber nicht sowie in Deutschland!» («Ici, ce n’est pas comme en Allemagne!»), il traite notamment du nombre de particularités suisses qu’il a secrètement adoptées.

Comment faites-vous pour rester vous-même dans un pays étranger?
Cela ne dépend pas seulement de l’environnement, un rabat-joie reste un rabat-joie, qu’il soit en Allemagne ou en Suisse. Toute fois, mon lieu de résidence a une influence, et positive dans mon cas. J’apprécie l’amabilité, la satisfaction, la valeur du temps libre et même les limitations de vitesse!

Nous payons l’AVS et avons un deuxième pilier. Et vous, comment organisez-vous votre prévoyance?
Tout pareillement. Je paie des cotisations à l’AVS sur mes revenus internationaux. Je n’en reverrai jamais la couleur, maistant mieux pour les retraités actuels. C’est pourquoi je veux des enfants, pour que quel qu’un subvienne à ma retraite. Chers Suisses: faites un effort, il s’agit de l’avenir.

Voudriez-vous devenir citoyen suisse?
Oui, j’aimerais beaucoup! C’est pour cela que j’ai épousé une Suissesse. J’ai seulement peur de l’examen de naturalisation. Mais c’est plus simple aujourd’hui. Il faut juste que nous restions ensemble jusqu’à ce que le contrôleur vienne. Je dois y aller, voilà ma femme...

Mais vous savez ce que ça coûte?
C’est la Suisse! Ici, rien n’est gratuit, et tout est cher. Je dois vraiment y aller, si ma femme lit ça, ça va me coûter mon mariage et la note de mon séjour ici va vraiment être salée!

Texte: Christoph Grenacher
Photo: Nadine Dilly et Dukas/RDB/Philippe Rossier

2674488-Michael_Christensen
Michael Christensen, Conseiller en prévoyance Clientèle privée

Contact: 044 944 50 72, Michael.Christensen@swisslife.ch

«Les personnes qui arrivent en Suisse sont souvent perplexes au début. Elles n’ont pas la moindre idée de ce qu’est un deuxième ou un troisième pilier. En matière d’assurances aussi, elles sont peu informées.» Le système de prévoyance suisse est complexe, c’est pourquoi l’aide d’un expert est judicieuse pour les nouveaux arrivants, surtout si l’on ne veut pas consacrer trop de temps à cette question. Lors du conseil, Swiss Life présente les opportunités et les risques des différentes solutions de prévoyance. Le conseiller explique également quelles assurances sont obligatoires et quelles assurances choses, accidents, maladie et incapacité de gain sont recommandées, en fonction de la situation personnelle ou familiale. swisslife.ch/prevoyance

Autres articles intéressants

Personnes

«J’apprécie l’échange avec les autres».

Lire plus

Personnes

«Les likes ne nous importent peu»

Lire plus

Connaissances

«Notre enfant doit grandir dans une maison avec jardin»

Lire plus