«Le monde appartient aux jeunes», dit-on. Aujourd’hui, plus de jeunes que jamais désirent le façonner sur le plan politique. La semaine dernière, l’auteur-artiste de cabaret Bänz Friedli est revenu sur son expérience en tant que plus jeune conseiller communal de Suisse. Cette semaine, trois jeunes politiciens et politiciennes s’expriment: ils parlent de leur travail, de leur motivation et de leurs objectifs. Le coup d’envoi est donné par le Neuchâtelois Nicolas Jutzet.

La jeunesse descend à nouveau dans la rue pour exprimer haut et fort ses revendications, par exemple dans le cadre du mouvement Friday for Future. L’auteur-artiste de cabaret suisse Bänz Friedli s’en réjouit également. Il écrivait à propos de la Renaissance des jeunes politiques: «Ces jeunes savent à la fois encaisser et frapper. Ils savent débattre. Et quand ils critiquent la génération de leurs parents, la nôtre, nous devrions nous garder de les considérer comme mal élevés. Si être “bien élevé”, c’est ne pas se soulever, ne pas s’élever, voire ne pas se lever du tout, alors il faut des mal élevés. Il sont peut-être effrontés, mais pas insolents. Ils peuvent paraître impertinents, mais ils ne sont pas indécents. Leurs discours sont souvent utopiques, mais jamais illusoires. Ces jeunes sont tenaces. Ils sacrifient toute leur liberté, se font élire dans différents organes. Et poursuivent les discussions dont je suis si las.»

SCHWEIZ ABSTIMMUNG 4. MAERZ 2018

L’un de ces jeunes fortement engagés politiquement est l’étudiant Nicolas Jutzet (*1995), conseiller général à Rochefort/NE et vice-président des Jeunes Libéraux-Radicaux Suisse (JLR).

En 2018, il a été le visage de la campagne «No Billag» en Suisse romande, et rassemble actuellement des signatures pour les jeunes de son parti en faveur de l’initiative sur la prévoyance vieillesse, qui vise un relèvement de l’âge de la retraite à 66 ans et son indexation future à l’espérance de vie. Son commentaire: «Je passe mes week-ends dans la rue à essayer de convaincre les gens. Rassembler 100 000 signatures est un vrai parcours du combattant!» Pour lui, il est particulièrement important que les jeunes s’engagent en politique «parce que nous serons plus longtemps impactés par les décisions actuelles. Si notre génération ne dit pas que cela la dérange de devoir payer toute sa vie pour un système de retraites dont le financement n’est pas viable, personne d’autre ne le fera!» Selon Nicolas Jutzet, le travail au conseil communal de Rochefort «ne lui prend pas trop de temps», mais son role de vice-président des JLRS est plus difficile à assumer: «Comme je suis politiquement engagé en Suisse romande et que j’étudie à Saint-Gall, je passe beaucoup de temps dans le train ou au téléphone.» Mais au bout d’un moment, il ressent aussi le besoin de mettre la politique entre parenthèses: «Quelqu’un qui est dépendant de la politique ne fera jamais un bon politique. On dit qu’il faut savoir se rendre utile mais aussi savoir s’effacer, car personne n’est irremplaçable. C’est aussi ce que je pense.»

Jungpolitiker1_test_8x8
Rassembler 100 000 signatures est un vrai parcours du combattant!

L’auteur-artiste de cabaret Bänz Friedli a montré l’exemple il y a 35 ans: plus jeune conseiller communal, il avait alors intégré le pouvoir exécutif d’une commune de la banlieue bernoise. Aujourd’hui, les jeunes descendent à nouveau dans la rue, cette fois pour lutter contre la crise climatique, et s’engagent de plus en plus en politique. Lisez jeudi à ce sujet l’interview de la jeune politique zurichoise Laura Hartmann.

Autres articles interessantes

Personnes

L’avenir est jeune et politique

Lire plus

Personnes

«Chaque femme devrait avoir ses propres comptes en banque»

Lire plus

Personnes

«Nous sommes des êtres sociaux»

Lire plus
kontakt_markus-glauser_8x8
Markus Glauser, Chef de vente, Agence générale Biel-Seeland

Contact: 032 328 89 89, Markus.Glauser@swisslife.ch

«Il n’y a pas que les politiques qui se préoccupent de prévoyance vieillesse, d’impôts et de coûts de santé. Les conseillers Swiss Life s’y intéressent aussi chaque jour, et offrent à leurs clients, quel que soit leur âge, la solution de conseil adaptée à chaque besoin. Apprenti(e) tout juste diplômé(e)? Jeune marié(e)? Jeune propriétaire? Jeune parent? Proche de la fin d’études? Proche de la retraite ou en plein dedans? Swiss Life offre le conseil adapté à chaque situation. Nous nous axons sur les objectifs, souhaits et besoins des clients, et les soutenons de manière à ce qu’ils puissent aménager leur vie en toute liberté de choix, dans toutes les phases de leur vie. www.swisslife.ch/conseils-adaptes