Laila a 29 ans et suit les cours de la Haute école pédagogique pour devenir enseignante. Son rêve devrait se réaliser l’été prochain: un poste d’enseignante à temps partiel. En effet, Laila n’est pas seulement étudiante, mais aussi mère à temps plein. Avec ce poste à temps partiel, elle espère avoir davantage de temps pour elle et sa famille.

Un réveil? Laila n’en a pas besoin. C’est son jeune fils, Lino, qui la réveille tous les matins vers 7 heures. C’est alors que Laila commence sa journée d’étudiante et de mère à temps plein.

Cette offre en ligne est désactivée car vous vous trouvez hors de Suisse. Préférence pour tous les cookies

Voir mon petit se réveiller le matin et me faire des sourires me donne de la force.

Pendant que Laila passe la journée à la Haute école pédagogique, ses parents se font une joie de garder leur petit-fils Lino presque tous les jours. Laila apprécie beaucoup que ses parents puissent s’occuper de son fils, cela lui permet de se consacrer pleinement à ses études. Pour elle, hors de question de confier à la crèche son enfant de 13 mois seulement. Il ne parle pas encore et ne peut pas raconter ses journées.

Pour déconnecter et se réserver du temps pour elle, Laila fait beaucoup de sport. Elle se pose parfois des questions pendant les périodes de calme: était-ce une bonne chose d’avoir un enfant si jeune et d’interrompre les études pendant un an? Ne prive-t-elle pas Lino d’un temps précieux avec elle en raison de ses études?

Mais ses doutes sont rapidement dissipés. Laila le sait: son choix de poursuivre ses études et de mettre au monde son fils a été la meilleure décision qu’elle pouvait prendre. Elle est fière d’être maman et peut suivre des études exigeantes grâce au précieux soutien de ses parents et à l’emploi à temps partiel de son compagnon. Bientôt, elle pourra exercer le métier de ses rêves. Pour Laila, c’est une situation exceptionnelle, qui la comble de joie.

Laila_09_01

Laila a 29 ans, elle vit avec son compagnon et leur fils de 13 mois, Lino, dans un appartement de 3 pièces à Zurich. A 25 ans, alors qu’elle travaillait comme employée de commerce dans une banque, Laila a souhaité faire évoluer sa carrière professionnelle. Elle a décidé de débuter des études à la Haute école pédagogique pour devenir enseignante. Elle terminera ses études l’été prochain par un bachelor. Laila, qui a toujours rêvé d’être enseignante, souhaite ensuite travailler à temps partiel. Son compagnon est lui aussi enseignant à temps partiel. Il travaille dans une école à Kloten avec un taux d'occupation de 70%.

Je me réjouis d’avoir de nouveau plus de temps pour mon fils et pour moi.

Laila terminera ses études l’été prochain. Ensuite, elle veut débuter comme enseignante à temps partiel dans le primaire, avec un taux d’occupation de 40% ou 50% maximum. Ce taux d’occupation réduit lui permet d’avoir de nouveau plus de temps pour sa famille et pour son rôle de mère, de pouvoir faire plus de sport et d’avoir un peu de temps libre.

Le compagnon de Laila et père de Lino voit aussi les avantages d’un emploi à temps partiel. Il travaille déjà comme enseignant et se verrait bien à l’avenir s’occuper de Lino un jour par semaine dès que Laila aura elle aussi un emploi.

Pour le moment, nous avons laissé de côté le 3e pilier. Nous avons besoin de cet argent pour vivre.

Laila a déjà réfléchi à la prévoyance individuelle quand elle était employée de commerce dans une banque avant ses études. A l’époque, elle avait renoncé au 3e pilier et avait préféré économiser son argent pour des voyages et ses futures études. Aujourd’hui, Laila n’a toujours pas effectué de versements dans le 3e pilier pour sa prévoyance. Ses moyens financiers ne lui permettent même pas de verser de petites sommes. Cependant, dès qu’elle travaillera comme enseignante, Laila souhaite prendre en main sa prévoyance individuelle pour pouvoir vivre plus tard en toute liberté de choix avec sa famille.

Calculateur de temps partiel

Calculez les répercussions du travail à temps partiel sur votre budget familial, en quelques clics seulement. Pour une vie en toute liberté de choix.

Familles et temps partiel

Le temps partiel est populaire en Suisse: plus d’un tiers des actifs du pays renonce sciemment à un taux d’occupation de 100%, la plupart du temps pour élever les enfants, assurer des obligations familiales ou suivre une formation continue. Dans notre série, de jeunes familles donnent un aperçu de leur vie en travaillant à temps partiel et décrivent leurs plus grands défis.

Autres articles intéressants

Guide

Pâtes au ketchup ou prévoyance privée: les étudiants doivent-ils déjà cotiser au pilier 3a?

Lire plus

Personnes

La famille Mbemba et son rêve d’indépendance

Lire plus

Guide

Un mariage sans nuage: huit conseils financiers pour les jeunes mariés

Lire plus